Devenir export manager à 40 ans et plus

Devenir export manager à 40 ans et plus

Certains professionnels peuvent décider à un certain moment de leur carrière de vouloir effectuer une reconversion professionnelle. Motivée par le manque de possibilité d’évolution, la mauvaise ambiance au travail,  la fin du contrat à court terme, ou un fort désir d’accomplissement personnel, la reconversion professionnelle est désormais  très diffusée .

Il faut bien sur choisir une nouvelle profession qui permette une embauche rapide et qui soit rentable.

Le métier d’export manager est un des emplois qui rapportent le plus.

Le responsable export est une figure qui traite de l’analyse des marchés étrangers et de la planification d’une branche d’entreprise permettant l’introduction d’un produit ou d’un service sur ces marchés. Ses tâches consistent à identifier les pays qui pourraient le mieux s’adapter aux produits ou aux services de la société, à élaborer un plan marketing adapté au pays de destination, à définir les politiques de la société en les adaptant à un marché donné et à définir des stratégies permettant de : faciliter l’entrée d’un certain produit ou service sur des marchés culturellement et économiquement très différents des nôtres.

En d’autres termes, c’est un professionnel spécialisé dans l’internationalisation des entreprises, qui connaît de manière particulièrement approfondie l’évolution des marchés mondiaux et qui sait exactement quoi faire pour transformer une entreprise locale en une entreprise internationale. son objectif principal est l’expansion à l’étranger.

 

Que fait l’export manager ?

Maintenant que nous avons clarifié qui est le responsable des exportations, nous devons définir ses tâches. Pour commencer, il convient de souligner que le responsable des exportations n’a, en définitive, qu’un objectif, contribuer massivement à l’augmentation du chiffre d’affaires d’une entreprise, en élargissant son champ d’action à un certain nombre de marchés étrangers.

Cela signifie que le directeur des exportations est avant tout un analyste. En fait, sa première tâche est de considérer les pays étrangers potentiellement appropriés pour un certain service ou produit offert par la société. Ce qui signifie étudier le marché mondial, isoler certains marchés étrangers plus attrayants que d’autres, étudier toute concurrence locale et internationale à laquelle la société serait contrainte de faire face, identifier des secteurs intéressants et, bien évidemment, en mesurer les tendances, pour établir si l’investissement peut apporter de réels avantages à long terme, ou s’il peut représenter un risque pour le chiffre d’affaires de l’entreprise.

La deuxième tâche du responsable export consiste à contacter les entreprises locales susceptibles d’être intéressées par un partenariat avec l’entreprise pour laquelle elles travaillent, ou à entretenir des relations commerciales pour la distribution et la vente de certains produits ou services. Trouver un partenaire permet en effet de réduire les coûts liés à la construction physique d’un point de vente à l’étranger.

 

Comment devenir un export manager ?

Pour devenir responsable de l’exportation, il faut un diplôme bac+5 . En tant que professionnel, expert authentique des politiques internationales et économiques, les cursus les mieux adaptés sont ceux de l’économie, ayant évidemment une orientation internationale.

Après l’obtention du diplôme de licence, il est toujours nécessaire d’obtenir un master capable d’accroître les compétences spécifiques du futur responsable export, de ce point de vue, il est préférable de choisir des masters liés à l’internationalisation des entreprises, aux sciences économiques, au marketing ou aux exportations.

Si vous optez pour une reconversion professionnelle pour devenir responsable export à l’international, une formation à distance est parfaite pour vous et vous permettra de continuer votre actuelle profession et pouvoir payer vos études à distance.

L’école Niccolò Cusano propose une formation à distance bac+3 en Economie et gestion d’entreprise qui donne les connaissances fondamentales en matière d’économie et de gestion d’entreprises publiques et privées, sur les méthodes et les techniques quantitatives des mathématiques appliquées à l’économie, sur les mathématiques financières et actuarielles et sur les statistiques.

Si vous avez déjà un Bac+3, vous pouvez opter directement pour une inscription en master à distance de Sciences économiques ou en Commerce International, qui permet à l’étudiant d’acquérir une parfaite connaissance des instruments mathématiques-statistiques et des mécanismes juridiques en droit national, européen, international et comparé.

Le parcours permet d’apprendre aussi deux langues européennes afin de pouvoir internationaliser le cursus, le stage et la future carrière.

 

Compétences d’un responsable export

La formation développée à travers le cursus et le master vise évidemment à garantir au futur responsable export l’acquisition de compétences spécifiques, nécessaires pour maîtriser tous les outils nécessaires à la mise en œuvre de l’internationalisation d’une entreprise ou à l’exportation de certains produits ou des services. De ce point de vue, la connaissance des langues étrangères est le point de départ le plus approprié; la connaissance de l’anglais est indispensable, de même que la connaissance d’une deuxième langue, ce qui peut favoriser le recrutement du responsable des exportations sur la base des différents pays de destination de la logique commerciale de l’entreprise.

Cela étant dit, le responsable export doit également être un expert en marketing et promotion. Exporter un produit, c’est aussi essayer d’attirer une certaine clientèle tout en respectant la culture et les traditions du pays étranger que la société a choisi comme objectif de marché. Créer une campagne marketing inadéquate signifie nuire gravement à l’image de l’entreprise. Le responsable export doit donc aussi être une sorte de médiateur culturel.

Mais les qualités du parfait responsable des exportations ne s’arrêtent pas là. Il doit également savoir communiquer efficacement avec les entreprises partenaires locales, en essayant tout d’abord de leur vendre un produit ou un service donné. En outre, il doit être en mesure d’analyser en détail l’évolution économique d’un marché donné, de garantir à l’entreprise pour laquelle elle opère un rendement certain et d’éviter de gaspiller des investissements dans des secteurs non rentables.

Enfin, le responsable export doit également être particulièrement expert de droit international, caractéristique indispensable pour connaître, étudier et comprendre le cadre législatif d’un pays donné, et donc être en mesure d’identifier toutes les actions de l’entreprise pouvant être considérées comme illégales par la loi.

 

Responsable commercial export salaire

En ce qui concerne le salaire, une prémisse doit être établie, beaucoup dépend de l’expérience et des compétences du professionnel susmentionné qui, comme toujours sur le marché du travail, devra d’abord travailler pour pouvoir prétendre à des niveaux de rémunération de plus en plus élevés. Un novice en gestion des exportations gagne toutefois entre 25 000 et 30 000 euros par an, ce qui n’est pas mauvais du tout.

Mais la meilleure nouvelle est la possibilité de faire carrière dans ce domaine et de décrocher des contrats de plus en plus lucratifs. À titre d’exemple, un directeur des exportations, qui peut compter sur au moins quatre ou cinq années d’expérience, peut gagner entre 40 000 et 45 000 euros par an. Plus l’expérience augmente, plus les choses deviennent intéressantes, au point que les responsables des exportations les plus compétents et les mieux connus gagnent des chiffres de 80000 euros par an.

Il s’agit bien évidemment de niveaux particulièrement avancés, qui nécessitent plusieurs années d’expérience sur le terrain et un grand nombre de projets d’internationalisation menés à bien. Pour atteindre ces niveaux, le responsable export doit donc démontrer qu’il possède des qualités uniques ainsi qu’un talent inné qui le distingue des autres et justifie un tel investissement de la part d’une entreprise.