Prise de notes : comment être efficaces !

Prise de notes : comment être efficaces !

La prise de notes (que ça soit pendant les cours, une conférence, un séminaire, un meeting de travail) est fondamental et difficile. Il faut se concentrer sur trois activités au même temps : écouter, synthétiser et écrire.

En outre, en moyenne un individu a une capacité orale de 150 mots à la minute et un rythme de rédaction  de 27 mots à la minute.

Donc, quand on doit prendre des notes mieux vaut donc synthétiser et donner attention aux concepts principaux, aux idées, aux chiffres importantes.

Comment prendre des notes ? Voici 5 étapes clés pour donner la meilleure attention au discours de votre interlocuteur et prendre des notes exhaustives.

 

  1. Le choix du matériel pour la prise de notes

Papier – stylo ou tablette – ordi l’important est d’être à l’aise !

Si vous aimez l’odeur et la sensation du papier entre vos doigts, munissez vous d’un petit cahier ou d’un bloc compact et de plusieurs stylos, qui vous permettent d’écrire facilement et sans faire trop de pression. Évitez les stylos à encre trop liquide, qui pourrait tâcher vos feuilles.

Si vous préférez l’écriture numérique sur tablette, smartphone ou PC, vérifiez que tout est opérationnel, avec les logiciels adéquats. Vous pourriez aussi utiliser un logiciel de prise de notes ou une application de prise de notes comme : evernote, microsoft one note, noteshelf etc.

 

  1. Synthétiser : concepts, idées, formules

Oubliez de pouvoir écrire des phrases entières du discours de l’orateur, la seule méthodologie de prise de notes rapide est de s’attacher seulement aux concepts fondamentaux et aux idées. 

Il faut choisir des informations et utiliser ses propres expressions, plus simples et plus directes, pour économiser au mieux votre temps.

  1. Le plan des notes

Une chose importante est d’identifier dans le discours les concepts principaux et leurs sous-catégories, qui constitueront la structure de vos notes.

En suite, créez une mise en page de vos notes assez claire : les pages complètement écrites de manière homogène sont confusionnelles; mieux vaut créer des schémas, n’hésitez pas à recourir aux flèches, aux organigrammes ou aux listes numérotées. Les dessins aussi permettent une compréhension immédiate. Cela facilitera votre tâche de relecture !

Autre technique de prise de notes, très utilisée dans le monde professionnel: la carte mentale. Il s’agit d’une technique de représentation graphique d’idées et des relations entre ces idées. Au centre de la page, mentionnez le sujet principal de votre cours. Puis créez un premier niveau de branches pour les idées principales, un deuxième niveau pour les idées secondaires, etc.

 

  1. Abréviations de mots courants

Inutile d’essayer de retranscrire fidèlement les phrases du conférencier. Les phrases sont longues, complexes. Utiliser des symboles, des abréviations, des termes à vous, fait gagner du temps.

Le mieux est de s’inventer son propre dictionnaire d’abréviations.

Vous pourriez : supprimer les voyelles (cdlt), utiliser les signes mathématiques (=, +, ≥… ), vous inspirer du langage SMS.

Exemples d’abréviations :

  • + : plus
  • : moins
  • = : égal
  • > : supérieur
  • < : inférieur
  • bcp. : beaucoup
  • càd : c’est-à-dire
  • cpdt. : cependant
  • pb : problème
  • qq : quelques
  • vs : opposé à (anglais versus)

 

  1. Sélectionner et écrire les données difficile à mémoriser

Les noms, les dates importantes, les chiffres, les valeurs numériques, sont difficiles à retenir, il faut donc les noter.

Vous devez aussi noter les définitions et les suggestions de lectures complémentaires.

Parmi les infos à mémoriser, il faut noter aussi les dates de remise de travaux, d’examens, de rencontres spéciales ou d’activités.