Sportif haut niveau et études supérieurs : comment réussir les défis physiques et intellectuels ?

Sportif haut niveau et études supérieurs : comment réussir les défis physiques et intellectuels ?

Les Jeux Olympiques d’hiver sont terminés dimanche dernier, le 25 février, avec 15 médailles pour les athlètes français.  Ces jeunes font preuves de passion du sport, d ’ambition et de détermination ; surtout parce que ces sportifs professionnels doivent obtenir des résultats dans leur carrière sportive et poursuivre les études, afin de s’assurer un avenir professionnel hors des circuits de compétitions sportives.

Pendant cette période très importante, ils doivent maîtriser leur sport, et au même temps, s’impliquer fortement dans les études, pour convaincre leurs parents qu’ils auront une réussite professionnelle dans ou malgré le sport.

 

 

Comment concilier sport de haut niveau et études supérieurs ?

  • Statut sportif haut niveau universitaire

Pour permettre aux étudiants sportifs de poursuivre leurs études universitaires et pratiquer du sport de haut niveau, il existe un statut de « Sportif haut Niveau Universitaire ». Ce statut permet des aménagements pédagogiques durant le cursus.

Chaque année le ministère de la Jeunesse et des Sports publie des listes afin d’identifier les sportifs membres des équipes de France ou susceptibles d’en faire partie. Il faut être dans ces listes pour être considéré comme sportif de haut niveau.  Les directeurs techniques nationaux (DTN) des différentes fédérations, décident les sportifs qui peuvent rejoindre ces listes sur la base de critères de performance.

En suite, il faut postuler à une commission pour obtenir le statut de sportif haut niveau universitaireLe statut permet de bénéficier d’une organisation particulière  des études : emploi du temps adapté, dispense de TD, délai d’obtention particulier des diplômes…

 

  • Formations sportives en partenariat avec les établissements d’études supérieurs

Les sportifs professionnels ont accès au Creps (centre de ressources, d’expertise et de performance sportives) ou à l’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance). L’Insep propose des formations supérieures en partenariat avec des établissements d’enseignement supérieur  (préparation du BPJEPS – Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport , filière STAPS – Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, journalisme sportif…)

 

  • Formation à distance

Si les cursus proposés par l’INSEP ne conviennent pas à l’athlète, il peut également se former à distance, comme notre étudiante du siège italien, Sofia Goggia, qui a gagné une médaille d’or dans le ski, aux derniers jeux olympiques d’hiver.

« Voyager à travers le monde peut rendre difficile la continuation des études, alors je me suis inscrite à l’Università Niccolò Cusano de Rome. Je l’ai fait pour mon enrichissement personnel. J’ai choisi les sciences politiques: j’aime la philosophie, la politique, l’histoire, la culture. Savez-vous ce que dit le PDG de l’une de mes sociétés sponsors? Que pour reconstruire notre pays, nous devons recommencer à partir de la culture. Il a raison « , a déclaré Sofia Goggia dans une récente interview.

Niccolò Cusano Italia école Paris propose des cours à distance qui permettent d’optimiser le temps que l’étudiant souhait consacrer aux études, sans devoir se déplacer. Les cours sont disponibles en ligne à tous moments.

Les étudiants sont suivis par des tuteurs, qui leurs donnent un soutien scolaire et organisationnel.

En plus, pendant l’année académique, 10 sessions d’examens sont planifiées aux antennes en France (Bordeaux, Marseille, Lyon, Paris, Nantes, Nancy).

Chaque mois l’étudiant valide un seule module, de façon à se concentrer sur une seule matière à la fois.